Image
Image
Ils s’appellent Fred, Marc et Alban et se sont baptisés LEONIE : drôle de nom pour un groupe de garçons ! Leonie, c’est le prénom d’une jeune fille rencontrée lors de leur adolescence, qui a bouleversés, comme un fantasme adolescent.
Fred et Marc, frères et fondateurs du groupe, ont commencé l’aventure par des études supérieures de violon et de trompette, rapidement rejoints par Alban à la betterie et aux programmations. Marqués par une décennie musicale plurielle entre Téléphone et Goldman, Oasis, Coldplay et Blink 182, Oxmo Puccino et Youssoupha, ils préparent un nouvel album avec l’aide précieuse d’Alexandre Zulliani (Thérapie Taxi) à la réalisation. L’idée ? Relever leur son pop qui puise ses racines dans le rock et appuyer l’énergie et l’esprit festif que l’on retrouve l’orsqu’ils sont sur scène. C’est tous les étés sur scène que Léonie raconte le tourbillon des sentiments d’une génération avide de liberté et d’émotions fortes. Le résultat ? Une bande originale de vacances iodées proposée par un trio de surfeurs devenus citadins qui racontent, avec détermination, au gré de leurs expériences
Décomplexées, leurs compos donnent envie de se la jouer cool dans un décor de carte postale... Passés par le Conservatoire et des études supérieures de violon et de trompette, Frédéric et Marc, les deux frères fondateurs du groupe et auteurs des textes, ont toujours conçu leur musique comme un gage d’évasion. Alors, à la fin de leur adolescence, ils ont pris le maquis sur le plages de l’Atlantique pour y roder chaque année un nouvel album fait maison.
C’est le public conquis sur les côtes vendéennes soir après soir qui constituera leur première fanbase et leur mettra le pied à l’étrier. En 2014, séduit par leur énergie, Alban rejoint les deux frères pour occuper le poste de bassiste.
De ce groupe, soudé et rodé par les quelques 50 concerts donnés chaque été, jaillit aujourd’hui ce qu’il convient d’appeler une «nouvelle pop». Imprégnée de culture street, elle conjuge habilement pop anglaise (Ed Sheeran, Coldplay...) et française. L’état d’esprit des débuts est intact (ah, cet amour des ambiances surfet vintage !) mais les textures sont enrichies et les rythmiques up tempo sont imparables.
Les étés étant décidément trop rares et les jours de soleil trop courts, les Petits Princes de Leonie ont trouvé la formule miracle pour multiplier les couchers de soleil : mélanger dans leur musique toute l’énergie d’une pop bien actuelle avec les couleurs du ciel californien. Et s’en inspirer pour écrire des chansons qui sont comme autant d’instantanés planants et baignés dans un ciel rougeoyant.